Simone Le Carre Galimard

Œuvres précieuses, baroques, poétiques, d’un culot monstre pour l’époque. Elle aurait dû, en son temps, faire figure de grand précurseur dans l’art contemporain…

1912 – 1996

Née en France à Troyes

Simone LE CARRE GALIMARD n’est pas une autodidacte. A 17 ans, elle fréquente l’Ecole des Arts Décoratifs, en 1949, elle sera la massière du sculpteur Germaine RICHIER. C’est à la même époque qu’elle commencera les encres de Chine. Elle était très liée avec Yolande FIEVRE qui appréciait beaucoup son travail.

C’est à partir de 1970 que Simone LE CARRE GALIMARD commencera vraiment l’aventure des accumulations d’objets de récupération, bien avant BEN et les autres. Œuvres précieuses, baroques, poétiques, d’un culot monstre pour l’époque. Elle aurait dû, en son temps, faire figure de grand précurseur dans l’art contemporain.

Son mari, Maurice, l’assista dans la réalisation de son œuvre. Il fabriquait pour elle les boîtes, les cadres, et surtout, accepta que la maison soit envahie par l’œuvre et les objets de récupération dans un minimum d’espace vital. Ils collectaient, ensemble, le soir, dans les poubelles de leur quartier.

Luis MARCEL – 2000

« Chaque soir, pendant des dizaines d’années, avec Maurice, nous avons fait les poubelles (époque dorée malheureusement révolue depuis l’apparition des sacs en plastique) et les marchés aux puces, et les « Flea-Market » aux U.S.A., au grand désespoir de ma très conformiste belle-sœur américaine ! »

Simone LE CARRE GALIMARD