Vous êtes sur la N7, loin des autoroutes de l’Art Brut. Pourquoi avoir choisi Lapalisse pour en faire un musée aussi ambitieux que l’Art en Marche ?

    Lapalisse est au centre de l’Europe et au centre de la France. Sa situation géographique est excellente sur la RN 7 car les touristes qui cherchent à se mettre au vert passent à Lapalisse. La transeuropéenne qui vient de Macon passe juste devant le musée. Qui plus est, nous sommes à moins de 20 km de Vichy, qui est une ville mondialement connue. Bien heureusement, Pétain a disparu, mais au coeur du pays des Bourbons, qui ont fait l’Europe et la France on trouve notre musée. Lapalisse a été choisi un peu par hasard., Après une trentaine de sites potentiels en France, le maire de Lapalisse nous a proposé cette friche industrielle de 2630 m² qui est devenue un nouveau centre : celui de L’art Brut. Ainsi, maintenant, on peut dire que Lapalisse est au centre de la France, de l’Europe et de l’art Brut

Pourquoi les Classes D’art ?

    De par ma fonction, je suis enseignant d’Art et de sculpture, et je m’étais spécialisé dans l’enfance inadaptée. J’ai même géré un centre à Agen . J’ai été sculpteur, puis j’ai voulu m’occuper de ceux que les marchands ne voulaient pas. La passion de l’art et de la pédagogie me permet, dans les classes d’Art de donner aux enfants comme aux adultes le plaisir d’aimer cet Art Marginal.

    L’Art en Marche véhicule la liberté, qui est la valeur essentielle par rapport au quotidien d’aujourd’hui. Cette liberté est mangée chaque jour, réduite voire anihilée. Le XXIe siècle ne sera pas religieux mais libre si chacun prend conscience qu’il est enculé régulièrement par la société. L’Art en Marche est ainsi un des premiers centres de résistance…

Qu’elle est ta définition de l’Art Brut ?

    Je n’ai pas la prétention d’en avoir une. Celle de Dubuffet existe. Cela suffit. Il a pris sa responsabilité en restreignant L’Art Brut par sa définition. Je n’en rajouterais pas plus ….

Pourquoi un site Internet ?

    L’Art en Marche est unique en France, voire en Europe. J’utilise ainsi tous les moyens possibles pour nous faire connaître. Internet en est un.

Vous parlez de l’Art Brut comme d’une religion. Vous en êtes le Pape ou le Poil à Gratter ?

    Plutôt le poil à gratter. J’ai été le premier à commercialiser l’Art Brut, c’est à dire à prouver que ces artistes avaient droit de vivre de leur Art. Le plus choquant, c’est que l’artiste qui est rangé dans la catégorie Art Brut comme Aloïse et d’autres sont vendus jusqu’à 500 000 F, alors que dans les artistes contemporain, nous trouvons des prix exhorbitants : c’est cela qui n’est pas normal.

Quels projets pour les années qui viennent? (Version musée) :

    Deux grands projets pour le musée :

  • une grande exposition sur Chaïbia, cet immense artiste du Maroc.
  • organiser un symposium de peintures et de sculptures pour transformer l’extérieur du musée en une immense oeuvre d’art.

Quelle suggestion avez vous à faire aux internautes qui viennent sur le site L’Art en Marche?

    Qu’ils n’hésitent pas à nous questionner, à nous utiliser, et s’ils le peuvent, à venir nous voir.

Quels sont vos artistes préférés ?

    Montchartre, Bronstein, Micheline Jacque, Louis de Verdal, Münch, Chichorro, Chaïbia, Pépé Vigne